top of page

C’est un rappel à l’ordre constant. 840 fois ! Alors, pourquoi ce nombre ? Je ne sais… Chacun dira ce qu’il voudra… Cela vient-il du nombre d’or ?  Est-ce que cela suit les séries de Fibonacci, de Lucas ? Est-ce un nombre mantra ? Est-ce que X 8 est symbole de l’infini ? Est-ce un nombre issu de la numérologie de la kabbale?

C’est un rappel à l’ordre constant. 840 fois ! Alors, pourquoi ce nombre ? Je ne sais… Chacun dira ce qu’il voudra… Cela vient-il du nombre d’or ?  Est-ce que cela suit les séries de Fibonacci, de Lucas ? Est-ce un nombre mantra ? Est-ce que X 8 est symbole de l’infini ? Est-ce un nombre issu de la numérologie de la kabbale ?

55

34

8

5

3

2

1

13

21

En mathématiques, la suite de Fibonacci est une suite de nombres entiers dont chaque terme successif représente la somme des deux termes précédents, et qui commence par 0 puis 1. Ainsi, les dix premiers termes qui la composent sont 0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34 et 55. Cette suite à la logique simple est considérée comme le tout premier modèle mathématique en dynamique des populations. Si cette suite est aussi célèbre aujourd’hui, c’est parce qu’elle a un taux de croissance exponentiel qui tend vers le nombre d’or, un ratio symbolisé par « φ », associé à de nombreuses qualités esthétiques au sein de notre civilisation. Sa valeur exacte est de (1+√5)/2, ayant comme dix premières décimales 1,6180339887… Ce rapport, considéré comme la clé de l’harmonie universelle, se décline et se transpose par des formes géométriques telles que le rectangle, le pentagone, le triangle, le cercle ou encore la spirale.

Erik Satie a utilisé le nombre d'or dans plusieurs de ses pièces, notamment dans les Sonneries de la Rose+Croix. Le nombre d'or apparaît également dans l'organisation des sections de la musique des Reflets dans l'eau de Debussy, tiré d'Images (1ère série, 1905), dans lequel "la séquence des tonalités est jalonnée par les intervalles 34, 21, 13 et 8, et le point culminant principal se situe en position phi (φ)".
Le nombre 8 symbolise, lui, l'équilibre et l'éternité, il incarne aussi dans de nombreuses civilisations la Terre. Pythagore le considérait comme le symbole de l'harmonie. 

« ...aucune idée musicale n'a présidé à la création de mes œuvres. C'est la pensée scientifique, mathématique qui domine. Du reste, j'ai plus de plaisir à mesurer un son que je n'en ai à l'entendre. Le phonomètre à la main, je travaille joyeusement et sûrement ». Mes travaux sont de la pure phonométrique, écrira Erik Satie un jour d’insomnie.

bottom of page